Dungeons and Dragons Online: les plus et les moins

Je joue de temps en temps à DDO pour pas mal de raisons, qui font que, mises bout à bout, j’y prends plaisir à petites doses. De quoi se changer les idées quand je n’ai pas trop le temps ni l’envie de jouer à LOTRO.

Voici les avantages et les inconvénients que j’y trouve:

Plus

  • Gratuit (enfin, F2P) mais pour l’instant la boutique ne m’est pas nécessaire pour avancer. J’ai acheté un pack d’aventures, et j’en reprendrai peut-être plus tard, en guettant les promos du DDO store.
  • Accessible au soloteur ou au groupeur fou, grâce aux différents degrés de difficultés des quêtes, et à leur longueur variable. On a ainsi 4 modes de difficulté, allant de Casual à Elite, et 4 durées, de Short à Very Long.
  • L’univers D et D du jeu « papier »: les monstres, les sorts, jusqu’aux dés polygonaux s’affichant à l’écran ou qui servent de base au dégâts des armes !
  • Des pièges à désamorcer ou éviter, des leviers à trouver, des plate-formes, qui font parfois penser (toutes proportions gardées) à du Tomb Raider. Enfin, sur un jeu online, le voleur n’est pas qu’un assassin^^.

Des pièges...

Moins

  • A part la ville, les quêtes sont instanciées, on ne croise donc personne une fois qu’elles sont démarrées. Pas question donc de se faire aider chemin faisant ou de se balader librement pour aller faire des screenshots !
  • La version F2P étant exploitée par Turbine aux USA, tout est en anglais. En Europe, Codemasters a traduit le jeu, mais il est encore sur abonnement, et semble dépérir lentement…
  • Graphismes: l’éditeur de personnages  (cousin de celui de LOTRO, du même Turbine) donne quand même un air sérieux voir rigide à la plupart des visages. Les skins d’armure ne sont pas toujours réussis non plus.
  • Répétitif: on peut, et on doit d’ailleurs, refaire les quêtes plusieurs fois (souvent 2-3 fois) pour gagner assez d’expérience. Il parait qu’au bout de 8 ou 9 fois, un malus apparait. Je n’ai jamais eu besoin, ni le courage, d’aller jusque là ! Heureusement on peut changer la difficulté, ce qui augmente les récompenses et l’expérience, notamment quand on groupe. Mais la plupart des joueurs, connaissant les quêtes par cœur, ont une fâcheuse tendance au rush.
  • l’univers: Eberron est de style médiéval-fantastique à tendance steampunk. J’aurais préféré celui des Royaumes Oubliés, plus « classique » et que je connais mieux, via la lecture des livres de poche qui en sont inspirés notamment.

... et des monstres !

Après avoir tenté de lancer une guilde sur ce jeu, qu’il m’a fallu dissoudre ensuite quand le « feu de paille » s’est éteint, je continue à y jouer, en appoint, car je n’y envisage pas d’investissement-temps important.

4 réflexions au sujet de « Dungeons and Dragons Online: les plus et les moins »

  1. Emmanuel

    Article intéressant… qui me donne encore moins envie de jouer à ce jeu.
    C’est dommage, D&D est vraiment un univers auquel j’accroche (mon premier RPG PC était Baldur’s Gate) et on aurait pu en faire quelque chose d’intéressant.

    Et je met un gros +1 sur ce que tu dis dans le choix du royaume. FR aurait été bien plus intéressant qu’Eberron, d’autant plus que les joueurs finissent par connaître.

    Répondre
  2. eric

    Un petit coucou d’un visiteur, en faisant une recherche sur DDo je suis tombé sur cette article …

    je suis un joueur assidu de DDO, c’est lui qui m’a fait abandonner tous les autres et j’aurais du mal à revenir sur un MMORPG classique … c’est même impossible pour moi en fait, faire de l’xp en tuant des monstres, cliquer sur des boutons etc … je ne peux plus ou j’ai passé l’âge 🙂 …

    Donc par rapport à tes points positifs/négatifs je voulais juste préciser que l’aspect répétition des quêtes est vraiment lié à ton statut F2P, en ViP tu ne l’as pas, tu vas répéter des quêtes mais à haut niveau uniquement et pas pour progresser en niveau mais pour farmer différentes choses (accès raid, écailles etc etc …).

    En VIp et en jouant en groupe tu ne répètes pas les quêtes sauf à vouloir progresser très vite (en donc se répeter les quêtes qui rapportent).

    Un point positif de ddo c’est aussi le « farm » j’en ai parlé plus haut mais c’est vraiment du « farm » de bisounours quand on est passé sur d’autres MMO … et ça j’apprécie, c’est un vrai jeu casual qui ne nécessite pas d’y passer ça vie … parfait pour le trentenaire qui veux s’évader de sa petite vie de famille de temps en temps …

    Pour les FR je crois que tous les fans d’AD&D sont du même avis hélas … mais je pense que Wizard y est pour beaucoup et a dut mettre la pression à l’époque pour imposer son ‘nouveau monde’ ….

    J’arrête là car comme vous l’avez remarqué j’adore ce jeu et je ne suis pas forcement objectif !

    Bon jeu à tous !

    Répondre
  3. Xapur Auteur de l’article

    Merci de ton passage et de ton avis ici, comme quoi dans chaque jeu, il y en a pour tous les goûts^^.
    Comme dit plus haut, je n’ai pas trop eu besoin de répéter les quêtes à mon humble niveau (jusqu’aux niveaux 8-10 je crois qu’il y en a assez pour éviter çà). Et j’ai également acheté un pack en profitant d’une promo du DDO Store…
    Non LE point qui me gêne le plus, c’est la construction en instances. Sur la plupart des MMOs tu peux te balader librement, à tes risques et périls ;), là je me sens « enfermé » et çà me donne moins l’impression de jouer à un MMO, mais plutôt à un JDR offline.
    Sans doute le fait que je solote essentiellement, et que j’y joue peu, j’en conviens. Avec un groupe régulier, l’expérience de jeu doit être différente 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s