Sur les traces de Bilbo le hobbit (7)

Arrivé devant l’entrée de Gobelinville, je suis surpris par l’habileté des habitants des lieux à dissimuler leur communauté. C’est avec la plus grande prudence que je m’aventure dans les lieux et me faufile dans l’ombre, sans me faire remarquer des gardes. Évitant les patrouilles, j’explore longuement les différentes galeries, découvrant ici ou là… des boutons de gilet perdus ?

Le maître des lieux et son animal de compagnie ne sont pas des plus hospitaliers !

Me perdant dans les nombreux tours, détours, étages et souterrains, j’arrive par hasard sur les berges d’un petit lac…

Là encore, les habitants ne semblent guère heureux de la présence…

Visiblement, quelqu’un a habité ici, comme en témoigne ce petit campement jonché d’arêtes de poisson et d’os aux origines qu’il vaut mieux ignorer…

Y aurait-il un rapport avec cette étrange peinture murale, découverte sur la paroi d’un couloir, et qui semble tant effrayer les gobelins, tout en me paraissant étrangement familière ?

 Après de nombreux errements, j’arrive vers ce qui me semble être une sortie, mais elle est définitivement murée…

Erreur ! Par contre,  il me faudra un peu de temps pour trouver le mécanisme qui permet de sortir…

C’est ici que s’arrête la piste de Bilbo, car au loin se situe la forêt de GrandPeur et au delà, bien plus loin encore, la Montagne Solitaire… mais ceci est une autre histoire !

Cliquez pour lire tous les articles Sur les traces de Bilbo

Aide de jeu: Carte interactive de Gobelinville sur lotro.fr ou encore par ici

Publicités

5 réflexions au sujet de « Sur les traces de Bilbo le hobbit (7) »

  1. Edward

    Gobellin-ville. J’y ai de très bon souvenir. C’était quelque chose que de se faufiler furtivement jusqu’au fin fond du réseaux souterrain.
    C’est qu’à l’époque ça devenait de plus en plus difficile au fur et a mesure qu’on s’enfonçait. Je sais pas si c’est toujours le cas aujourd’hui.

    Bref, c’était pratique pour chercher les boutons de Bilbon. Ou pour admirer les graffitis des gobelin.

    Répondre
  2. Hécate Lomëwen

    Je n’ai pas eu l’occasion de vraiment m’y aventurer…
    Ma compagnie aspirait à visiter d’autres lieux ! Et j’avouerai que les Monts Brumeux ne sont pas du tout le lieu que j’affectionne.
    Mais il serait intéressant que je m’y rende, même seule, car normalement je ne dois plus craindre grand chose au vu de mon expérience.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s